LE BLOG DU GNOMA SNAMAP

Toutes les informations sur les médecines alternatives

Travail sérieux d’un Guérisseur

En pénétrant dans le royaume de la guérison, on aborde un monde de grandes connaissances ésotériques qui offre d’innombrables conclusions. On y trouve les formules exprimées par beaucoup de penseurs qui, à travers les âges, ont cherché à guérir et à soulager. Les causes et les motifs de maladie ont fait l’objet de recherches et de spéculations infinies.

Tous les initiés de la Sagesse Éternelle sont nécessairement des guérisseurs, bien que tous ne guérissent pas nécessairement le corps physique. La raison en est que toutes les âmes qui ont partiellement approché la vraie libération sont transmettrices d’énergie spirituelle.

Automatiquement, cela influence sous certains aspects le mécanisme des âmes ainsi touchées. En employant le mot « mécanisme » dans ces leçons, je me réfère aux différents aspects du corps ou nature ayant revêtu une forme à travers lesquels toutes les âmes cherchent à se manifester. Les quatre corps auxquels je fais allusion sont le corps physique dense, le corps éthérique, le corps astral ou corps des désirs, et le corps mental.

1 – Le corps physique dense est la somme totale de tous les organismes qui le composent. Ceux-ci possèdent les fonctions variées qui permettent à l’âme de s’exprimer sur le plan physique ou objectif en tant que partie d’un organisme plus grand et plus inclusif. Le corps physique est l’appareil de réponse de l’homme spirituel qui l’habite. Il sert à mettre cette entité spirituelle en rapport avec l’appareil de réponse du Logos planétaire, l’Etre dans lequel nous vivons, nous nous mouvons, et avons notre existence.

2 – Le corps éthérique a pour objectif principal d’apporter vitalité et énergie au corps physique, et à l’intégrer ainsi dans le corps énergétique de la Terre et du système solaire. Il se compose d’un tissu de courants d’énergie de lignes de force et de lumière. Il représente une fraction du vaste réseau d’énergies constituant la trame de toutes les formes grandes ou petites (macrocosmiques ou microcosmiques). Les forces cosmiques circulent le long de ces lignes d’énergie, comme le sang circule dans les veines et artères. Cette circulation constante et individuelle – humaine, planétaire, et solaire – de forces vitales animant les corps éthériques de toutes les formes est la base de toute vie manifestée. C’est l’expression du fait qu’aucune vie n’existe sous forme séparée.

3 – Le corps astral ou corps des désirs (appelé parfois le corps émotionnel) naît de l’interaction du désir et de sa réponse sensitive sur le Moi central. L’effet de cette interaction est ressenti sous forme d’émotion, de douleur ou de plaisir, et des autres paires d’opposés. Quatre-vingt-dix pour cent des causes de troubles et de maladies physiques sont issues de ces deux corps éthérique et astral.

4 – Le corps mental est constitué par la quantité de substance mentale (chitta) qu’une unité humaine individuelle est susceptible d’utiliser et d’impressionner. Il forme la quatrième des séries de mécanismes à la disposition de l’âme. En même temps, n’oublions pas que ces quatre séries constituent un seul mécanisme. Cinq pour cent de toutes les maladies modernes ont leur origine dans ce corps ou état de conscience. Ici, je voudrais énoncer une vérité. Certaines écoles de guérisseurs affirment à satiété que la pensée est à la base de toutes les maladies.

Or, ce n’est pas encore le cas. Dans un million d’années, le foyer de l’attention humaine aura passé de la nature émotionnelle à la nature mentale, et les hommes seront essentiellement mentaux, tandis que aujourd’hui ils sont essentiellement émotionnels. Alors seulement il faudra chercher les causes de maladie dans le domaine mental.

Aujourd’hui, à part de rares exceptions, on les trouve dans une carence de vitalité ou dans une stimulation excessive des sentiments et des désirs (abusivement contrariés ou satisfaits), dans les humeurs, suppressions ou expressions d’envies profondes, irritations, jouissances secrètes, et dans les nombreuses impulsions inavouées émanant de la vie de désirs du sujet. Ce besoin d’être et d’avoir, a tout d’abord bâti et continue de bâtir l’appareil extérieur de réponse physique.

Aujourd’hui, il oblige un mécanisme essentiellement construit pour répondre à un but physique à servir des desseins plus subjectifs. A nouveau cela motive des troubles, et il faudrait comprendre que l’enveloppe physique recèle d’autres corps destinés à répondre à des buts plus subtils.

Le guérisseur doit donc prendre en considération non seulement son rayon propre, mais celui du patient. En conséquence, il y a sept techniques selon les rayons, et il faut les préciser avant de pouvoir les appliquer intelligemment. Quand un guérisseur travaille magnétiquement et irradie vers le patient la force de son âme, ce patient est mis en mesure d’obtenir plus facilement le résultat souhaité. Ce résultat peut être une guérison complète, ou bien l’instauration d’un état d’esprit qui permettra au patient de vivre avec lui-même et avec son grief, sans être handicapé par les limitations karmiques du corps. Ou bien encore le résultat peut être de permettre au patient d’aboutir (avec joie et facilité) à se libérer correctement de son corps, et de franchir le portail de la mort pour acquérir la santé complète.

Source :

https://medecinehistorique.wordpress.com/

Comments

  • S

    Aux différents corps définis ci-dessus il ne faut pas oublier le corps causal tel que le définit AE Powel qui donne dans ses 5 ouvrages une vision globale de la theosophie.

Laisser un commentaire