LE BLOG DU GNOMA SNAMAP

Toutes les informations sur les médecines alternatives

Petite étude étymologique du GNOMA

Le GNOMA est un acronyme, c’est un mot dont l’origine est un sigle mais qui se prononce comme un substantif ordinaire. GNOMA veut dire Groupement National pour l’Organisation des Médecines Alternatives. Or, chose intéressante, en grec « gnoma » veut dire décision, donc le GNOMA de par l’étymologie de son nom soutient le choix des orientations que va prendre l’organisation créée en 1950 par Charles de Saint Savin et le Docteur Charles Claoué en conformité avec la cause qu’elle défend ! Il n’y a pas de hasard…

Si l’on remonte à des temps plus anciens à l’époque de Jules César, un certain Caius Julius Hyginus (67 av.- 17 ap. J C) auteur et grammairien latin disait que la foule se réunissait à l’endroit du camp nommé gnoma. Cet endroit était à proximité des autels et du tribunal, c’est là que les soldats devaient se réunir pour entendre les allocutions, pour assister aux sacrifices, aux jugements ou à la réception solennelle des ambassadeurs.[1] Cela ne vous rappelle t’il pas le congrès du GNOMA qui aura lieu cette année les 7 et 8 décembre, à l’exception des sacrifices bien sûr ! Il n’y a pas de hasard…

Dans un dictionnaire gallo-romain publié en 1544 [2] le terme gnoma (gnomae) désigne « la mesure à mesurer les champs », c’est un outil de mesure géométrique, comme le plomb, la règle et l’équerre, qui deviendra le compendium, ou équerre d’arpenteur. Si l’on se réfère encore une fois à Hyginus, le gnoma était aussi le point central du camp où aboutissaient les rues les plus importantes et les plus fréquentées d’où cette analogie avec l’instrument. En tout état de cause, que ce soit le (fil à) plomb, la règle ou l’équerre, nous sommes en présence d’instruments qui représentent la rectitude, la droiture, ce qui est demandé à nos membres dans l’exercice de leur pratique pour rester en conformité avec le Code de Déontologie ! Il n’y a pas de hasard…

Dans ce même dictionnaire gnoma désigne aussi le mot sentence… Rappelez-vous de l’origine grecque, décision, qui évolue chez les romains en sentence. La sentence, ce jugement qui condamne lorsque la règle a été enfreinte. Le GNOMA a aussi ce pouvoir pour ses membres qui ne respecteraient pas les règles et ne respecteraient pas notre Code de Déontologie. Il n’y a pas de hasard…

Quant à Johan Christian Fabricius, entomologiste danois du XVIIème siècle, qui met en place les bases de la classification moderne des insectes, il établit pour la première fois le genre gnoma, dans l’ordre des coléoptères, section des tétramères de de la famille des longicornes[3]. Par la suite ce genre fut étendu à toute une variété d’insectes aux caractéristiques similaires, on trouve entre autres le Sphynx Gnoma, le Bombyx Gnoma pour ne s’arrêter qu’à deux espèces de papillons. C’est bien la raison pour laquelle fort de nos caractéristiques communes tout en étant si différents, nous faisons partie de ce groupement de thérapeutes aujourd’hui ! Il n’y a pas de hasard…

Quand on tire un fil, il n’est pas rare que l’on aille de surprise en surprise, et croyez-moi, certaines sont vraiment incroyables. Qui aurait pu imaginer que le nom Gnoma était associé à un grand nom de la conquête de l’air. Tout juste avant le début de la première guerre mondiale, Louis Blériot a associé son nom aux moteurs Gnoma ! Toute la presse de l’époque parle des Blériot-Gnoma : l’Aérophile, l’Intransigeant, la Presse, le Gaulois et bien d’autres titres encore. La renommée est grande, la Société Gnoma pour assurer son développement fait passer une annonce dans la page vie économique et sociale de l’édition de l’Humanité en date du 30 mars 1919 afin de recruter des modeleurs mécaniciens pour travailler 68 bd Kellerman à Paris 13e. A cette époque, on peut le dire, les moteurs Gnoma tirent les avions vers le haut, ce que nous ne cessons de faire pour la profession depuis 68 ans! Il n’y a pas de hasard….

Et pour clore ce propos, je ne retiendrai qu’une seule définition, celle de Philibert Monet[4] en 1635 qui désigne gnoma, comme un propos court contenant un beau sens moral comme évident admis sans démonstration. Il n’y a pas de hasard…

[1] Etude de la castrametation des romains, M Masquelez, Paris 1864

[2] Dictionarium latinogallicum , Thesauro nostro ita ex adverso respondens, ut extra pauca quaedam aut obsoleta, aut minus in usu necessaria vocabula et quas consulto praetermisimus authorum appellationes, in hoc eadem sint omnia, eodem ordine, sermone patrio explicata – 1544

[3] Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, à l’agriculture, à l’économie rurale et domestique, à la médecine. T13 / . Par une société de naturalistes et d’agriculteurs. Nouvelle édition…. 1816-1819

[4] Inventaire des deux langues françoise et latine, assorti des plus utiles curiosités de l’un et de l’autre idiome, par le P. Philibert Monet,…. 1635

Comments

Laisser un commentaire