LE BLOG DU GNOMA SNAMAP

Toutes les informations sur les médecines alternatives

Quelle place pour le magnétisme dans le parcours de soins ?

S’il est un sujet toujours d’actualité c’est bien celui du magnétisme au regard de la Loi. Surfant sur la ligne jaune pour éviter toute allégation de pratique illégale de la médecine, le magnétiseur d’aujourd’hui est toujours confronté aux mêmes discours qu’il y a plus d’un siècle. Seule une reconnaissance de l’action menée par les magnétiseurs groupés pour défendre leur cause en reconnaissance d’utilité publique pourra peut-être un jour faire avancer le débat. C’est pour cette raison, qu’au GNOMA nous mettons tout en œuvre pour enfin pouvoir atteindre cette reconnaissance et nous ne manquerons pas de vous dire comment vous allez pouvoir nous y aider très prochainement.

 

En me plongeant dans les archives de la Bibliothèque Nationale, j’y ai trouvé un mémoire du Docteur VICTOR FOVEAU DE COURMELLES, Vice-Président du Congrès Magnétique International, tenu à Paris, en la salle de la Société nationale d’Horticulture, rue de Grenelle, du 21 au 28 octobre 1889. Ce mémoire est intitulé « Le magnétisme devant la Loi » et je vous en livre ici un extrait ou il est expliqué pourquoi les docteurs en médecine se sont détournés du magnétisme au cours du XIXe Siècle.

 

« Ils sont légion les médecins qui croient actuellement au magnétisme. Notre congrès en compte un certain nombre et, nous le répétons, s’ils ne sont pas plus nombreux, c’est que beaucoup, adhérents du fond du cœur à nos idées, craignent d’être traités de charlatans par leurs confrères. …

Beaucoup de médecins, même croyant au magnétisme ne l’exercent pas. Il y a deux raisons principales pour expliquer cet état de choses. Le médecin a peu ou beaucoup de clients : s’il en a peu — le magnétisme n’étant pas encore absolument dans nos mœurs — il désire en voir augmenter le nombre et ne se compromettra pas à parler d’un agent peu connu ; s’il en a beaucoup, le temps lui manque pour le faire, une consultation de cinq minutes rapporte autant qu’une magnétisation, si longue soit-elle ; en outre, elle est moins fatigante et moins ennuyeuse. Concentrer sa volonté est long et fastidieux, car il faut une volonté calme et soutenue. Ces raisons, dira-t-on ne font pas honneur au corps médical ; je trouve qu’elles ne lui nuisent en rien. Supprimez la lutte pour l’existence, l’entraînement fatal et le surmenage dès qu’afflue la clientèle ; supprimez par des méthodes scientifiques l’apparence charlatanesque du magnétisme, et vous verrez rapidement tous les médecins devenir magnétiseurs. Le succès de l’hypnotisme a été dû à sa méthode rigoureuse et rapide, à la substitution de l’appareil à l’agent humain. Nous voulons vivre et vivre vite à notre siècle de vapeur et d’électricité. Partout l’homme tend à être remplacé par la machine. Le cerveau intelligent et meublé se refuse à être outil, instrument de travail ; il veut être la tête qui dirige. Dans la magnétisation, il est passif, ne doit penser qu’à une chose, au résultat à accomplir, il se donne et se fatigue. Il exigera donc un prix élevé ; alors il cesse d’être d’un usage courant et applicable à tous. C’est un objet de luxe que seul le petit nombre pourra s’offrir. Le grand médecin, à clients riches, en dédaignera l’emploi ; le petit médecin n’y trouverait pas dans sa clientèle pauvre la rémunération suffisante de ses dépenses antérieures et de ses efforts. Il faut donc créer une classe spéciale de personnes, exclusivement vouées à l’art magnétique, nous arrivons ainsi à la pratique professionnelle du magnétisme curatif. (Applaudissements.) »

Bien que nous n’en soyons plus au siècle de la vapeur et de la fée électricité les choses n’ont pas tant changées. Si la pratique professionnelle est maintenant reconnue, au moins de l’administration fiscale puisqu’elle assorti la consultation à la TVA pour les professionnels qui y sont soumis, l’absence de reconnaissance officielle ouvre toujours la porte à des pratiques peu recommandables exercées par des professionnels peu scrupuleux aux méthodologies parfois douteuses ouvrant la voie à  des plaintes, dont les journaux raffolent, décrédibilisant le travail sérieux de nombreux professionnels trop souvent encore taxés plus ou moins ouvertement de charlatanisme. Afin que les choses continuent d’évoluer, au Gnoma, nous avons besoin du soutient de tous ceux qui pensent que le magnétisme les a aidé, les aide et continuera à les aider en accompagnement de la médecine classique.

FOVEAU DE COURMELLES François Victor
Naissance : 19 juillet 1862 à Courmelles (Aisne) – Décès : octobre 1943 à Paris

Biographie

Licencié en physique, en sciences naturelles et en droit. – Docteur en médecine (Paris, 1888). – Pionnier en France de l’électrothérapie et de la radiographie, conférencier et publiciste.
Paris, 9 rue Tronchet (8e arrdt)

Professeur libre d’électrothérapie et de radiographie.
En 1892 il est chargé des cours d’électrothérapie puis à la Faculté de médecine de Paris du cours de radiologie.
Délégué aux grands congrès internationaux de médecine.
BIUS Santé, Paris.

Sources biographiques : Comité des travaux historiques et scientifiques
Institut rattaché à l’École nationale des chartes

Comments

  • DARNIS

    Merci pour cet article qui confirme mon ressenti. j’ai la chance finalement d’être reconnu de la médecine traditionnelle puisque je suis infirmier diplômé d’etat Et exerce ma profession en psychiatrie. Je me forme pour être thérapeute familial également. Les médecins me font confiance pour mon professionnalisme et accepte mon magnétisme de plus en plus. J’ose en parler car les faits sont là et constatés par bon nombre (cette sur chaleur ressenti) Certains médecins même m’ont sollicités pour des douleurs. J’ai mon rôle à jouer pour revendiquer cette complémentarité en milieu hospitalier et votre article m’encourage à casser de schéma qui se répète depuis des décennies.. Merci pour ce que vous apportez dans vos écrits.

Laisser un commentaire